Numro C.P. : 2019-0299

Date : 2019-04-08


Her Excellency the Governor General in Council, on the recommendation of the Prime Minister, sets out in the annexed schedule the mandate of the special adviser to the Minister for International Trade, to be known as the Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise.


 

Sur recommandation du premier ministre, Son Excellence la Gouverneure générale en conseil établit, conformément à l’annexe ci-jointe, le mandat du conseiller spécial du ministre du Commerce international, lequel doit porter le titre d’ombudsman canadien pour la responsabilité des entreprises.

 

 

 


SCHEDULE

 

Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise

 

Interpretation

 

1 (1) The following definitions apply in this schedule.

 

Canadian NCP means the Canadian National Contact Point, an interdepartmental committee created in accordance with the OECD Guidelines and the primary authority in Canada concerning those Guidelines. (PCN canadien)

 

human rights abuse means an adverse impact on an internationally recognized human right — including any of the human rights that are referred to in the Universal Declaration of Human Rights, the International Covenant on Civil and Political Rights and the International Covenant on Economic, Social and Cultural Rights — arising from a Canadian company’s operations abroad. (atteinte aux droits de la personne)

 

independent fact-finding means the process by which the Ombudsperson determines on their own the relevant facts and questions that will form the basis of a review. (recherche indépendante des faits)

 

joint fact-finding means the process by which the Ombudsperson and the persons concerned determine the relevant facts and questions that will form the basis of a review. (recherche conjointe des faits)

 

Minister means the Minister for International Trade. (ministre)

 

OECD Guidelines means the Organisation for Economic Co-operation and Development’s Guidelines for Multinational Enterprises. (Principes directeurs de l’OCDE)

 

UN Guiding Principles means the United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights. (Principes directeurs des Nations Unies)

 


 

(2) For the purposes of this Schedule, Canadian company means an entity that is incorporated or formed by or under an Act of Parliament or of the legislature of a province, or that is otherwise formed in Canada, that operates abroad in the garment, mining, or oil and gas sectors, and includes an entity that it controls and that operates abroad in the garment, mining, or oil and gas sectors.  

 

(3) For the purposes of subsection (2),

(a) an entity that is a corporation is controlled by a Canadian company if

(i) securities of that entity to which are attached more than 50% of the votes that may be cast to elect directors of that entity are held, directly or indirectly, whether through one or more subsidiaries or otherwise, otherwise than by way of security only, by or for the benefit of that Canadian company, and

(ii) the votes attached to those securities are sufficient, if exercised, to elect a majority of the directors of that entity;  

(b) an entity that is not a corporation is controlled by a Canadian company if the Canadian company, directly or indirectly, whether through one or more subsidiaries or otherwise, holds an interest in that entity that entitles the Canadian company to receive more than 50% of that entity’s profits or more than 50% of its assets on dissolution; and  

(c) a Canadian company that controls an entity is deemed to control any entity that is controlled, or deemed to be controlled, by the entity.  

 

Appointment

 

2 The Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise is to be appointed under the Public Service Employment Act and holds office during good behaviour, on a full-time basis, for a term of up to five years, which term may be renewed, subject to removal for cause.

 

Staff

 

3 The staff of the Office of the Canadian Ombudsperson for Responsible Enterprise is employed under the Public Service Employment Act and is within the Department of Foreign Affairs, Trade and Development.

 


 

Mandate

 

4 The mandate of the Ombudsperson is to

(a) promote the implementation of the UN Guiding Principles and the OECD Guidelines;

(b) advise Canadian companies on their practices and policies with regard to responsible business conduct;

(c) review a complaint that is submitted by or on behalf of an individual, organization or community concerning an alleged human rights abuse where the abuse allegedly occurred after the day on which the first Ombudsperson is appointed or, if it allegedly occurred before that day, is ongoing at the time of the complaint;

(d) review a complaint that is submitted by a Canadian company that believes it is the subject of an unfounded human rights abuse allegation where the abuse allegedly occurred after the day on which the first Ombudsperson is appointed or, if it allegedly occurred before that day, is ongoing at the time of the complaint;  

(e) review, on the Ombudsperson’s own initiative, an alleged human rights abuse where the abuse allegedly occurred after the day on which the first Ombudsperson is appointed or, if it allegedly occurred before that day, is ongoing at the time of the review; and  

(f) offer informal mediation services.

 

5 In discharging the mandate, the Ombudsperson is to be guided by the UN Guiding Principles and the OECD Guidelines.  

 

6 In discharging the mandate, the Ombudsperson is not to create new standards concerning responsible business conduct.

 

Review

 

7 In the course of a review, the Ombudsperson

(a) may determine how the review is to be conducted;

(b) is to engage in joint fact-finding or, if that is not possible, then in independent fact-finding;


 

(c) may determine when to terminate the review;

(d) may recommend referring the matter to the Canadian NCP where the matter falls more within the Canadian NCP’s mandate;  

(e) may recommend referring the matter to arbitration;

(f) may recommend to the Minister that the matter be referred to law enforcement authorities if the Ombudsperson has reason to believe that a criminal offence has been committed or is being committed in Canada or abroad; and

(g) may recommend to the Minister that the matter be referred to a regulatory or other relevant authority if the Ombudsperson has reason to believe that a regulatory offence has been committed or is being committed in Canada or abroad.  

 

8 The Ombudsperson may refuse to review a complaint at their sole discretion for reasons that may include the following:  

(a) the complaint is frivolous or vexatious; or

(b) the complaint is being reviewed, or has been reviewed, in another forum.

 

Procedure for Review

 

9 (1) The Ombudsperson is to establish procedures for a fair and transparent review process, and may consider recommendations about procedure made by the Advisory Body on Responsible Business Conduct, which is comprised of experts from diverse backgrounds, including from civil society and industry.

 

(2) The procedures are to be published and include the following:  

(a) how to submit a complaint;

(b) the review process;

(c) confidentiality during the review process; and

(d) the procedure for referral to the Canadian NCP.

 


 

Recommendations

 

10 If a Canadian company has not acted in good faith during the course of or during follow-up of the review process, the Ombudsperson may make recommendations to the Minister for the implementation of trade measures, including any of the following:  

(a) the withdrawal of trade advocacy support provided to the Canadian company by the Department of Foreign Affairs, Trade and Development;

(b) the refusal by the Department of Foreign Affairs, Trade and Development to provide future trade advocacy support to the Canadian company;

(c) the refusal by Export Development Canada to provide future financial support to the Canadian company.

 

11 After a review is completed or terminated, the Ombudsperson is to prepare a final report in which recommendations may be made to any person, including those who are the subjects of the review, that include but are not limited to any of the following:  

(a) financial compensation;

(b) a formal apology; and

(c) changes to a Canadian company’s policies.

 

12 The Ombudsperson may follow up on the recommendations.

 

Reports

 

13 (1) The Ombudsperson is to submit an annual report to the Minister on their activities.

 

(2) The Minister is to table a copy of the annual report in each House of Parliament.

 

(3) The Ombudsperson is to publish the annual report after its tabling in Parliament.

 


 

14 (1) The Ombudsperson is to provide the following reports to the Minister, as applicable:  

(a) an initial assessment report relating to a review;

(b) interim reports relating to a review;

(c) a final report relating to a review;

(d) reports concerning the follow-up of the Ombudsperson’s recommendations relating to a review; and

(e) country visit reports.

 

(2) The Ombudsperson is to publish the reports after they are provided to the Minister.

 

15 The Ombudsperson is to provide a copy of any report that deals with the mining or oil and gas sectors to the Minister of Natural Resources at the same time as it is provided to the Minister.  

 

16 If it appears to the Ombudsperson that information included in a report may have an adverse effect on any person, including those who are the subjects of the review, the Ombudsperson is to give that person an opportunity to comment on the facts contained in the report and is to include a summary of their comments in the report before they are published.

 


 

ANNEXE

 

Ombudsman canadien pour la responsabilité des entreprises

 

Définitions

 

1 (1) Les définitions qui suivent s’appliquent à la présente annexe.

 

atteinte aux droits de la personne Répercussions négatives sur les droits de la personne reconnus internationalement et contenus notamment dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et le Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels qui découlent des activités d’une entreprise canadienne à l’étranger. (human rights abuse)

 

recherche conjointe des faits Processus selon lequel l’ombudsman et les personnes concernées déterminent les faits et les questions pertinents qui seront examinés. (joint fact-finding)

 

recherche indépendante des faits Processus selon lequel l’ombudsman détermine lui même les faits et les questions pertinents qui seront examinés. (independent fact-finding)

 

ministre Le ministre du Commerce international. (Minister)

 

PCN canadien Comité interministériel créé conformément aux Principes directeurs de l’OCDE, agissant comme point de contact national et comme principale autorité au Canada pour l’application de ces principes. (Canadian NCP)

 

Principes directeurs de l’OCDE Les Principes directeurs à l’intention des entreprises multinationales de l’Organisation de coopération et de développement économiques. (OECD Guidelines)

 

Principes directeurs des Nations Unies Les Principes directeurs relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme de l’Organisation des Nations Unies. (UN Guiding Principles)


 

(2) Dans la présente annexe, entreprise canadienne s’entend d’une entité constituée ou formée sous le régime des lois du Canada ou d’une province, ou formée autrement au Canada, exerçant des activités à l’extérieur du Canada dans le secteur du vêtement ou les secteurs minier, pétrolier ou gazier ou qui contrôle une entité exerçant des activités à l’extérieur du Canada dans le secteur du vêtement ou les secteurs minier, pétrolier ou gazier.

 

(3) Pour l’application du paragraphe (2) : 

 

a) une entité qui est une personne morale est contrôlée par une entreprise canadienne si :

(i) des valeurs mobilières de l’entité comportant plus de cinquante pour cent des votes qui peuvent être exercés lors de l’élection des administrateurs de l’entité sont détenues, directement ou indirectement, notamment par l’intermédiaire d’une ou de plusieurs filiales, autrement qu’à titre de garantie uniquement, par l’entreprise canadienne ou pour son bénéfice, 

(ii) les votes que comportent ces valeurs mobilières sont suffisants, en supposant leur exercice, pour élire une majorité des administrateurs de l’entité; 

b) une entité qui n’est pas une personne morale est contrôlée par une entreprise canadienne si celle-ci détient dans l’entité — directement ou indirectement, notamment par l’intermédiaire d’une ou de plusieurs filiales — des titres de participation lui donnant droit de recevoir plus de cinquante pour cent des bénéfices de l’entité ou plus de cinquante pour cent des éléments d’actif de celle-ci au moment de sa dissolution; 

c) l’entreprise canadienne qui contrôle une entité est réputée contrôler toute entité qui est contrôlée, ou réputée l’être, par celle-ci. 

 

Nomination

 

2 L’ombudsman canadien pour la responsabilité des entreprises est nommé en vertu de la Loi sur l’emploi dans la fonction publique à titre inamovible, sous réserve de révocation motivée, pour un mandat renouvelable d’au plus cinq ans et il exerce sa charge à temps plein.

 


 

Personnel

 

3 Le personnel du Bureau de l’ombudsman canadien pour la responsabilité des entreprises est embauché conformément à la Loi sur l’emploi dans la fonction publique et fait partie du ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement.

 

Mandat

 

4 L’ombudsman a pour mandat :

a) de promouvoir la mise en œuvre des Principes directeurs des Nations Unies et des Principes directeurs de l’OCDE; 

b) de conseiller les entreprises canadiennes sur leurs pratiques et leurs politiques au regard des principes de conduite responsable des entreprises; 

c) d’examiner une plainte déposée par un individu, une organisation ou une collectivité, ou en son nom, comportant une allégation concernant une atteinte aux droits de la personne qui serait survenue après la date de nomination du premier ombudsman ou, dans le cas où elle serait survenue avant cette date, qui se poursuivrait à la date de la plainte; 

d) d’examiner une plainte déposée par une entreprise canadienne qui estime faire l’objet d’une allégation non fondée concernant une atteinte aux droits de la personne qui serait survenue après la date de nomination du premier ombudsman ou, dans le cas où elle serait survenue avant cette date, qui se poursuivrait à la date de la plainte; 

e) d’examiner, de sa propre initiative, une allégation concernant une atteinte aux droits de la personne qui serait survenue après la date de nomination du premier ombudsman ou, dans le cas où elle serait survenue avant cette date, qui se poursuivrait à la date de l’examen; 

f) d’offrir des services informels de médiation.

 

5 Dans l’accomplissement de son mandat, l’ombudsman est guidé par les Principes directeurs des Nations Unies et les Principes directeurs de l’OCDE.

 

6 Dans l’accomplissement de son mandat, l’ombudsman ne peut établir de nouvelle norme relative à la conduite responsable des entreprises.

 


 

Examen

 

7 Dans le cadre de l’examen, l’ombudsman :

a) peut décider des modalités de l’examen; 

b) procède à une recherche conjointe des faits ou, dans l’impossibilité, effectue une recherche indépendante des faits; 

c) peut décider du moment où il convient de mettre fin à l’examen; 

d) peut recommander de renvoyer l’affaire au PCN canadien si l’affaire relève davantage du mandat de celui-ci; 

e) peut recommander de soumettre l’affaire à l’arbitrage; 

f) peut, s’il a des raisons de croire qu’une infraction criminelle a été commise ou est en train d’être commise au Canada ou à l’étranger, recommander au ministre de renvoyer l’affaire aux autorités responsables de l’application de la loi; 

g) peut, s’il a des raisons de croire qu’une infraction réglementaire a été commise ou est en train d’être commise au Canada ou à l’étranger, recommander au ministre de renvoyer l’affaire à une autorité administrative ou une autre autorité compétente.

 

8 L’ombudsman peut, à son entière discrétion, refuser d’examiner une plainte, notamment pour les raisons suivantes :

a) la plainte est frivole ou vexatoire; 

b) la plainte est en cours d’examen ou a été examinée par une autre instance.

 

Procédure d’examen

 

9 (1) L’ombudsman établit des règles de procédure permettant d’assurer un processus d’examen équitable et transparent; pour ce faire, il peut tenir compte des recommandations formulées à cet égard par le Groupe consultatif sur la conduite responsable des entreprises, lequel est composé d’experts de milieux divers, notamment de la société civile et de l’industrie.

 

(2) Les règles de procédure sont publiées et elles contiennent les éléments suivants :

a) le mode de dépôt des plaintes; 

b) le processus d’examen; 


 

c) les règles de confidentialité applicables pendant le processus d’examen; 

d) la procédure de renvoi au PCN canadien.

 

Recommandations

 

10 Si l’entreprise canadienne n’agit pas de bonne foi au cours de l’examen ou pendant le suivi de celui-ci, l’ombudsman peut recommander au ministre la mise en œuvre de mesures commerciales, notamment :

a) le retrait de l’appui à la défense des intérêts commerciaux de l’entreprise canadienne par le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement; 

b) le refus par le ministère des Affaires étrangères, du Commerce et du Développement d’appuyer à l’avenir la défense des intérêts commerciaux de l’entreprise canadienne; 

c) le refus par Exportation et développement Canada de soutenir financièrement l’entreprise canadienne à l’avenir.

 

11 Après avoir terminé l’examen ou y avoir mis fin, l’ombudsman dresse un rapport final dans lequel il peut recommander à toute personne, notamment les personnes visées par l’examen, la prise de mesures, dont :

a) l’octroi d’une indemnité financière; 

b) la présentation d’excuses officielles; 

c) la modification des politiques de l’entreprise canadienne.

 

12 L’ombudsman peut faire le suivi de la mise en œuvre de ses recommandations.

 

Rapports

 

13 (1) L’ombudsman soumet au ministre un rapport annuel sur ses activités.

 

(2) Le ministre dépose une copie du rapport annuel devant chaque chambre du Parlement.

 

(3) L’ombudsman publie le rapport annuel après son dépôt devant le Parlement.

 


 

14 (1) L’ombudsman soumet les rapports ci-après au ministre, le cas échéant :

a) le rapport de l’évaluation initiale relatif à un examen; 

b) les rapports provisoires relatifs à un examen; 

c) le rapport final relatif à un examen; 

d) les rapports sur le suivi de la mise en œuvre de ses recommandations relatives à un examen; 

e) les rapports sur la visite d’un pays.

 

(2) L’ombudsman publie les rapports après les avoir soumis au ministre.

 

15 L’ombudsman remet au ministre des Ressources naturelles une copie de tout rapport qui traite des secteurs minier, pétrolier ou gazier en même temps qu’il le soumet au ministre.

 

16 S’il estime que les renseignements contenus dans un rapport peuvent avoir une incidence négative sur une personne, notamment une personne visée par l’examen, l’ombudsman donne à celle-ci l’occasion de présenter ses observations sur les faits contenus dans le rapport et inclut un résumé de ces observations dans le rapport avant sa publication.